A. Visas E3 pour ressortissants australiens

Le Visa E3 est accordé aux citoyens australiens. Pour cela, la personne doit démontrer qu’elle ne vient aux Etats-Unis que dans le but de fournir un service spécifique (« specialty occupation »). Ce service doit requérir un ensemble de compétences théorique et pratiques dans un domaine professionnel donné, ainsi qu’un niveau minimum d’études équivalent au Bachelor’s Degree (4 années d’études supérieures). A ce niveau, les critères sont les mêmes que ceux du visa H1B.

Pour être éligible au Visa E3, le candidat doit démontrer qu’il ou elle :

  • Est un ressortissant australien
  • A une offre réelle et sérieuse d’emploi aux Etats-Unis
  • A les diplômes ou équivalents nécessaires
  • Occupera une poste répondant à la définition de service spécifique

Le processus de demande de visa est également très similaire à celui des visas H1B en ce qu’une certification (Labor Condition Application –LCA) émanant du Département du Travail doit être demandée concomitamment au dépôt de demande de visa pour travailleur étranger (Petition for Nonimmigrant Worker). Le ressortissant australien peut également demander un changement de statut pour obtenir un visa temporaire non-immigrant E3 lorsqu’il est aux Etats-Unis, ou bien déposer une demande de visa E3 directement lorsqu’il ou elle reçoit l’approbation de la demande pour travailleur étranger.

Si le ressortissant australien envisage de voyager hors des Etats-Unis après l’approbation du changement de statut, l’étape suivante est de faire une demande de visa auprès de l’ambassade ou du consulat américain de son pays de résidence à l’étranger.

B. Visas H2A et H2B pour Programmes Temporaires

Les visas temporaires H2A et H2B permettent à différents types de travailleurs étrangers de venir aux Etats-Unis pour certaines missions particulières. Le programme H1A autorise les employeurs ou agents américains remplissant des conditions règlementaires spécifiques de pourvoir des postes agricoles ; le programme H2B concerne les postes non-agricoles.

Maud poudat avocat immigration USALes visas non-immigrants H2A et H2B sont octroyés aux ressortissants de certains pays dont la liste est tenue par le Département d’Etat, cherchant à venir aux Etats-Unis pour travailler de manière temporaire.
Dans les deux cas, l’employeur américain doit soumettre une demande de certification autorisant le travail temporaire auprès du Département du Travail. Après validation, l’employeur américain devra déposer une demande d’autorisation pour travailleur étranger.

La durée de séjour aux Etats-Unis peut être étendue sur demande de l’employeur américain, mais une personne ne peut rester plus de 3 ans sous ces visas H2A et H2B.

Le visa non-immigrant H2B est sujet à un quota numéraire statutaire, ce qui limite le nombre total d’individus pouvant se faire octroyer ce visa dans une année fiscale donnée.

Pour être éligible au visa H2A ou H2B, l’employeur américain doit démontrer que :

  • Il n’y a pas suffisamment de travailleurs américains capables, qualifiés, disponibles et volontaires pour effectuer le travail temporaire considéré.
  • L’emploi d’un travailleur sous statut H2B ne va pas affecter défavorablement les salaires et conditions de travail des employés américains du même secteur.
  • Son besoin de recourir aux services du travailleur étranger est temporaire.

C. Visas H3 pour les personnes en formation ou les visiteurs sous statut d’échange éducatif spécial

Le visa non-immigrant de stagiaire H3 permet aux individus de suivre une formation aux Etats-Unis lorsque cette formation n’est pas dispensée dans leur pays d’origine, à l’exception des spécialités médicales.
Les domaines considérés relèvent –mais ne sont pas limités à- l’agriculture, le commerce, les finances, les communications, les transports, le gouvernement.

Le visa H3 peut être accordé pour une période de 2 ans, et son titulaire ne peut pas entrer aux Etats-Unis sous un autre type de visa H, ou sous visa L, pendant les six mois suivant l’expiration de son visa H3.

Pour obtenir un visa non-immigrant H3, l’employeur ou organisation américaine doit démontrer que :

  • La formation proposée n’est pas dispensée dans le pays d’origine du ressortissant étranger ;
  • Que le ressortissant étranger n’occupera pas un poste auquel les citoyens américains ou résidents permanents sont en général employés ;
  • Que le ressortissant étranger ne fournira pas de travail effectif, à moins que sa formation ne l’exige ;
  • La formation sera utile au stagiaire afin qu’il mène une carrière hors des Etats-Unis.

La demande de visa H3 dans le cadre d’un programme d’échange éducatif spécial doit être faite par une structure disposant d’un personnel professionnellement qualifié et ayant mis en place des programmes éducatifs pour les enfants handicapés, et des programmes de formation de terrain pour les participants au programme d’échange éducatif spécial ».
Ce visa H3 d’échange éducatif spécial est soumis à un quota : seuls 50 peuvent être octroyés chaque année fiscale.

D. Visa I pour les représentants des medias étrangers

Le visa non-immigrant I pour les représentants des médias étrangers est attribué aux ressortissants étrangers représentant un média étranger, ayant sa société-mère à l’étranger, et souhaitant venir aux Etats-Unis dans le seul but de représenter ce média.

E. Visa R pour les représentants religieux

Le visa non-immigrant R pour les représentants religieux sont octroyés aux ressortissants étrangers qui « ont été membre d’une organisation religieuse ayant une branche établie de bonne foi aux Etats-Unis depuis au moins deux ans à la date de demande de visa ».
L’époux(se) et les enfants non mariés de moins de 21 ans du titulaire du visa R1 peuvent demander un visa R2.

F. Visa Q pour les échanges culturels

Le visa non-immigrant Q pour échanges culturels sont accordés aux personnes qui « souhaitent participer à un programme d’échange culturel international l ». Le programme en question doit « avoir pour but de dispenser une formation pratique et emploi, et de partager avec les Etats-Unis l’histoire, la culture et les traditions de son pays d’origine ».